Monthly Archives: juillet 2015

LE FIEL DE MADAME CHRISTINE DE VILLIERS

Non contente d’avoir fait une terre brulée de l’oeuvre de son mari défunt, Monsieur Gérard De Villiers, la veuve s’attaque aux photographes des fameux livres S.A.S.

Elle nous harcèle et nous envoie de faux acheteurs afin de contrôler ce que nous faisons des photos
que nous avons réalisé pour les Editions Gérard De Villiers.

Sans aucune connaissance des droits des photographes, elle nous écarte en voulant nous interdire
de vendre nos images en tant qu’oeuvre photographique si elles sont accolés au logo S.A.S
Nous en sommes les auteurs et quelque part, les co-fondateurs d’un livre à succès qui pour au moins 50 % doit son succès aux fameuses S.A.S girls qui trônent en couvertures depuis des générations.
Bien sur c ‘est un peu son droit, mais c’est un peu oublier cette contribution artistique qui fit le succès de la série.
Et de dire que Gérard n’aimait pas nos photos…
Alors pourquoi Thierry Vasseur a travaillé plus de 10 ans à ses cotés et moi les 4 dernières années de sa vie d’écrivain??? Normalement, on congédie et on remplace.
En ce qui me concerne, je choisissais les filles et le stylisme, une fois que Gérard eut compris le bien fondé de mon travail.
En effet, au début de notre collaboration, il m’a présenté des filles ramassées dans des bars. Rien de
professionnel qui tienne la route. Aussi, j’ai repris vite la main sur la partie photo qu’il ne maitrisait pas. Il m’en avait prié.
Il était meilleur dans l’écriture, c’est indéniable.

Et sa veuve de se vexer quand j’écrivais « Le vieux » dans un blog dans lequel je lui rendais hommage.
Je dois lui rappeler pour culture que dans le cinéma, tout le monde appelait Jean Gabin « Le vieux ». Sorte de terme respectueux pour les énormes talents que furent certains hommes dans leur domaine…
Don’t acte comme elle aime à le dire.
et elle cite Victor Hugo avec  » La vérité est en marche et rien ne l’arrêtera ».
Un autre « Vieux » assez connu et respecté, je crois.

Elle me fatigue et je ne la connais même pas en live.
Le problème est que je suis du genre à ouvrir ma gueule…un peu comme un autre vieux : Jean Yanne qui toute sa vie pris le parti de dire tout haut ce qu’il pensait en dénonçant les systèmes et le faux semblant. Le parti d’en rire inclus.

Final-noir-sasréduitlight

Un reportage de France 2 déclenche la colère parmi les photographes

Le 9 Juillet 2015, le Parlement européen pourrait détruire la liberté de photographier.
La possibilité de prendre des photos dans les lieux publics est gravement menacée. Jusqu’à présent, dans la plupart des pays européens vous pouvez prendre et publier des photos prises depuis des lieux publics sans aucun risque - cela s’appelle la liberté de Panorama. En vacances, vous pouvez prendre une photo du London Eye et la partager avec vos amis sur Facebook *. Si quelqu’un veut vous payer pour l’utilisation de cette photo, c’est aussi possible. Mais cela est en train de changer et la photographie telle que nous la connaissons pourrait disparaître.
Julia Reda, membre du Parlement européen, a essayé d’étendre la liberté de Panorama à tous les pays de l’UE, dans la mesure où quelques pays comme la France et l’Italie ne sont pas encore dotés d’une telle loi. Dans la majorité des pays tels que le Royaume-Uni, l’Espagne, le Portugal, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, l’Autriche et la Croatie, vous pouvez, sans aucun risque, prendre, publier et vendre des photos de lieux ou monuments publics lorsqu’elles sont prises depuis des espaces publics.
Cependant, le projet de loi actuel renverse totalement la proposition. Au lieu d’apporter la liberté de Panorama aux quelques pays qui ne connaissent pas encore cette loi, il la retirerait à tous les pays déjà dotés de ce texte. Si ce projet est adopté, nous dirions au revoir aux photos de rue, de voyages et d’architecture telles que nous les connaissons. Il est impossible de connaître l’architecte de chaque bâtiment public afin de lui demander la permission avant de pouvoir publier et éventuellement vendre la photo.
Je demande donc aux membres du Parlement européen de:
- ne limiter la liberté de Panorama en aucune manière
et au contraire :
- d’apporter la liberté Panorama à tous les Etats membres de l’UE
de sorte que les citoyens européens puissent être assurés d’agir en toute légalité lorsqu’ils photographient et publient des photos de bâtiments publics partout dans l’Union européenne. Cela est nécessaire pour célébrer les cultures et l’art européens !
* Comme Julia Reda, membre du Parlement européen, le souligne, même le téléchargement privé d’une photo sur Facebook nécessiterait le consentement de l’architecte, puisqu’avec le téléchargement vous accordez à Facebook une licence pour utiliser commercialement la photographie.
Pétition en anglais ici allemand ici, en italien ici
Pour les demandes d’interviews :
Nico Trinkhaus, photographe de voyages freelance et fondateur de PhotoClaim
En tant que photographe de voyages, je tente de capter les plus beaux paysages du monde dans la meilleure lumière, pour donner envie au plus grand nombre de commencer à voyager et d’explorer les cultures. Ce ne serait pas possible sans la liberté de Panorama. Depuis que je travaille en tant que photographe partout en Europe, je connais aussi les inconvénients de la loi sur le droit d’auteur qui n’est pas encore complètement harmonisée dans l’Union européenne. Pour protéger les droits des photographes, j’ai lancé PhotoClaim, un service qui aide les photographes à faire valoir leurs droits dans les autres pays européens. La photographie comme art doit pouvoir capturer la beauté et la culture du monde, sans que le photographe craigne d’enfreindre la loi.
LAURxE JAMES BOND

RIEN N’ARRÊTERA MA LIBERTE DE PHOTOGRAPHIER

Le 9 Juillet 2015, le Parlement européen pourrait détruire la liberté de photographier.
La possibilité de prendre des photos dans les lieux publics est gravement menacée. Jusqu’à présent, dans la plupart des pays européens vous pouvez prendre et publier des photos prises depuis des lieux publics sans aucun risque - cela s’appelle la liberté de Panorama. En vacances, vous pouvez prendre une photo du London Eye et la partager avec vos amis sur Facebook *. Si quelqu’un veut vous payer pour l’utilisation de cette photo, c’est aussi possible. Mais cela est en train de changer et la photographie telle que nous la connaissons pourrait disparaître.
Julia Reda, membre du Parlement européen, a essayé d’étendre la liberté de Panorama à tous les pays de l’UE, dans la mesure où quelques pays comme la France et l’Italie ne sont pas encore dotés d’une telle loi. Dans la majorité des pays tels que le Royaume-Uni, l’Espagne, le Portugal, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, l’Autriche et la Croatie, vous pouvez, sans aucun risque, prendre, publier et vendre des photos de lieux ou monuments publics lorsqu’elles sont prises depuis des espaces publics.
Cependant, le projet de loi actuel renverse totalement la proposition. Au lieu d’apporter la liberté de Panorama aux quelques pays qui ne connaissent pas encore cette loi, il la retirerait à tous les pays déjà dotés de ce texte. Si ce projet est adopté, nous dirions au revoir aux photos de rue, de voyages et d’architecture telles que nous les connaissons. Il est impossible de connaître l’architecte de chaque bâtiment public afin de lui demander la permission avant de pouvoir publier et éventuellement vendre la photo.
Je demande donc aux membres du Parlement européen de:
- ne limiter la liberté de Panorama en aucune manière
et au contraire :
- d’apporter la liberté Panorama à tous les Etats membres de l’UE
de sorte que les citoyens européens puissent être assurés d’agir en toute légalité lorsqu’ils photographient et publient des photos de bâtiments publics partout dans l’Union européenne. Cela est nécessaire pour célébrer les cultures et l’art européens !
* Comme Julia Reda, membre du Parlement européen, le souligne, même le téléchargement privé d’une photo sur Facebook nécessiterait le consentement de l’architecte, puisqu’avec le téléchargement vous accordez à Facebook une licence pour utiliser commercialement la photographie.
Pétition en anglais ici allemand ici, en italien ici
Pour les demandes d’interviews :
Nico Trinkhaus, photographe de voyages freelance et fondateur de PhotoClaim
En tant que photographe de voyages, je tente de capter les plus beaux paysages du monde dans la meilleure lumière, pour donner envie au plus grand nombre de commencer à voyager et d’explorer les cultures. Ce ne serait pas possible sans la liberté de Panorama. Depuis que je travaille en tant que photographe partout en Europe, je connais aussi les inconvénients de la loi sur le droit d’auteur qui n’est pas encore complètement harmonisée dans l’Union européenne. Pour protéger les droits des photographes, j’ai lancé PhotoClaim, un service qui aide les photographes à faire valoir leurs droits dans les autres pays européens. La photographie comme art doit pouvoir capturer la beauté et la culture du monde, sans que le photographe craigne d’enfreindre la loi.
F394-19a HD